Ce site internet utilise des cookies afin d’améliorer votre expérience de navigation. En visitant notre site internet, vous acceptez l’utilisation de tous ces cookies en accord avec notre politique en matière de cookies.

Blog Post

52 semaines / 52 pays : A la rencontre des mamans du monde entier

Direction l'Italie, pour notre deuxième étape !

1 / Etre enceinte en Italie

Les futures mamans en Italienne sont traitées comme des reines. Tout le monde sont aux petits soins de la femme enceinte, que ce soit la famille proche, que les collègues ou les voisins. Tout le monde y met son grain de sel !

Il n’est pas rare que les futurs parents soient hébergés chez les parents pour permettre à la future maman de couver son bébé à naitre pendant 9 mois.

Pour le suivi grossesse, c’est à peu près similaire à la France : Il y a 3 échos et des rdvs mensuels mais la différence c’est qu’en Hôpital public, le suivi n’ait pas avec le même gynéco et en privé ca peut monter très haut dans les prix.

Il y a également des cours de préparations à l’accouchement dans la plupart des hôpitaux mais attention en Italie, peu d’hôpitaux proposent la péridurale.

2 / L'accouchement en Italie

En Italie, l’accouchement se fait en grande partie naturellement, c’est-à-dire sans péridurale ! Et si quelques hôpitaux la proposent, il faut savoir qu’elle est beaucoup moins dosée en France lors de l’expulsion.

En Italie, la douleur n’est pas traitée comme en France et même en post natal ils font sans.

Dans le sud de l’Italie, les salles d’accouchement sont communes avec juste un rideau qui sépare les tables de travail. Dans le nord, il existe des salles de travail pour chaque patiente.

A peine sorti, le bébé part avec la sagefemme qui le lave et l’habille. Ensuite, l’équipe médical laisse les mamans se débrouiller à l’instinct.

L’Italie est le pays d’Europe où on donne le plus le sein et le contraire est mal vu par les puéricultrices. 

 

Après l’accouchement, la mamma s’installe, en général chez sa fille pour les quinze premiers jours minimums et s’occupe de tout même des réveils la nuit.

Après l’accouchement, soit la jeune mère arrête sa carrière pour s’occuper du bébé, soit elle organise sa vie autour de deux logements : le sien et celui de la nonna (grands parents). Celles qui travaillent peuvent mettre leur enfant dans une crèche mais c’est rare les places avant l’âge d’un an.  

Le congé maternité dure 5 mois en Italie et vous avez également un congé d’allaitement payé à 100%.

3 / Et après, comment se passe l'éducation des petits Italiens ?

En Italie, on ne laisse pas pleurer un bébé mais à l’opposé les Italiens peuvent être très exigeant sur l’autonomie de ces derniers. La poussette c’est maximum jusqu’à 2 ans et demi, et la tétine il l’arrête très rapidement.

L’introduction alimentaire commence a 8 mois avec de la crème de riz qu’on mélange avec des fruits. Dès que le bébé sait mâcher, il goute ses premières pâtes.

En Italie, il n’y a pas de repas fixes, les enfants mangent quand ils ont faim. De même, les siestes sont très aléatoires et les enfants, même petits, peuvent dormir à minuit s’ils le souhaitent.

Le mot de la fin ...

Comme on peut le voir, la culture Italienne est bien différente de celle de France mais comme partout il y a du bon et du moins bon.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Vous vous voyez vivre, accoucher et éduquer votre enfant en Italie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts